Le blog de Sylvia Leuenberger - Page 5

  • Tondre moins souvent: bon pour tout le monde

    Tondre moins souvent, moins à ras, laisser une bande herbeuse fleurie pour les fleurs, les insectes et les oiseaux c'est non seulement bon pour la nature, mais pour les voisins: moins de bruit et de pollution des tondeuses... Ce principe s'applique autant aux pelouses privées que publiques.

    Le plus dur sera certainement de faire comrendre aux gens que l'herbe, ses graines et ses fleurs ont une raison d'être, que ce n'est pas juste un tapis vert dépourvu de vie.  Pendant des décennies, c'est ce que l'on faisait.

    Beaucoup de communes ont compris cette erreur et sont en train de changer. La ville de Genève en premier. Si la montée de la Treille a une bande verte maintenant c'est que le service des espaces verts a renoncé aux herbicides. Et de plus en plus on peut enfin admirer des bordures de routes  et des pieds d'arbres verdoyants et fleuris, au lieu de ces déserts verts d'avant.   BRAVO 

    Un document très intéressant a été édité par le service de l'agriculture de l'Etat, à ce sujet: la charte des jardins: un simple clic sur "charte des jardins" et on y trouve le lien pour y accéder.

     

     

  • pillage des mers

    Des milliers de requins sont massacrés journellement pour leurs ailerons. Ailerons dont les asiatiques sont friands en soupe et les européens pour leur vertus, soi-disantes, curatives pour les problèmes de cartilage.  

     

    C’est gravissime et ça fait mal de penser à ce  pillage systématique des mers pour des besoins anecdotiques. Un excellent film sur ce sujet a été réalisé par Rob Stewart : Sharkwater. C’est ce genre de personnes qui mettent leur vie en danger pour conserver la biodiversité indispensable dont on devrait parler prioritairement.

     

    Et nous qu’est-ce qu’on peut faire pour soutenir ces combats ? Ne pas acheter ces produits, ne pas manger de soupe aux ailerons de requins dans les restaurants asiatiques, ainsi que choisir d’autres médicaments pour soulager nos douleurs. Par contre on peut manger des soupes à base de plantes hautement médicinales (certainement plus efficaces que les ailerons de requins et de plus gratuites), très agréables au goût, et qui poussent  partout dans nos campagnes en quantité abondante. A savoir : le pissenlit, l’ail des ours, les orties. On en fait de délicieuses soupes ou salades. La seule précaution à prendre est de bien les laver et de ne pas confondre l’ail des ours avec le colchique ou le muguet
  • Liberté de s'exprimer

    1082104351.jpgC'est rigolo, j'écris une ligne sur la mode des implants mammaires pour exprimer que ce n'est certainement pas l'invention la plus saine pour les femmes et je reçois pleins de commentaires, alors que lorsque je m'énerve, m'angoisse ou me préoccupe du réchauffement climatique, silence radio...

    Ce n'est qu'un petit lapin qui vit en liberté dans mon jardin. Il adore cela..

    Quel lien avec mes notes? C'est un petit rappel symbolique de la chance que nous avons de pouvoir nous exprimer librement. Ce sont les horreurs qui se passent en Chine par rapport au Thibet qui m'y font penser.

    Il faudrait tellement que tous les humains puissent y avoir droit.

     

     

  • L'Art de la simplicité: un livre à lire pour se sentir très bien dans sa peau

    Dominique Loreau, femme qui a vécu 23 ans au Japon, nous offre à travers son livre une multititude de conseils simples, économiques, écologiques, accessibles à tous, pour se sentir mieux dans son corps, dans sa tête, dans son intérieur, dans ses relations humaines, etc.

    Bien écrit, positif, ce livre est un vrai moment de bonheur et de détente, pour voir la vie avec sérénité. ..

     

    Dominique Loreau: l'Art de la simplicité

     Chez Marabout

  • Les petits seins de Carla

    Merci à Carla de se montrer nue, cela lancera peut-être la mode des petits seins et libérera les femmes de celle des implants en silicone...

  • la banquise s'effondre..

    Cela fait dix ans que, notamment, les Verts, mais aussi les socialistes, les associations pour l'environnement, etc., déposent sans arrêt des projets pour réduire le CO2, pour taxer les énergies polluantes, pour encourager les économies d'énergie. Mais les projets dorment dans les tiroirs des commissions parlementaires, les députés de droite s'y opposent mettant en avant toujours la sacro sainte liberté du commerce et de l'industrie. Et cela pas seulement à Genève, mais dans la plupart des pays. L'argent, la peur de manquer, le goût du luxe, du confort, la vision personnelle et à court terme sont les mobiles du crime...

    Alors que la banquise elle, ne sait ni lire ni écrire et surtout ne pense pas, elle fond, simplement, car nos émissions de CO2 ont créé un effet de serre qui réchauffe la planète et la glace quand c'est chaud ça fond.... Et la glace qui fond ça fait monter les eaux et recouvrir les terres. Et les premières terres touchées seront bien entendu les bord de mer, les îles...

    Et moi, pour ma grande souffrance, je continue à voir des toits sans panneaux solaires, des trop grosses voitures qui n'emmènent qu'une personne, des vols aériens qui ne cessent d'augmenter, des machines à moteur vendus pour n'importe  quoi, même souffler les feuilles mortes... des machines électriques qui remplacent bientôt tous nos gestes quotidiens..sans parler de tous les gadgets électroniques inutiles..

    On peut vivre tout aussi bien avec moins de gaspillage et surtout on vivra plus longtemps....

    Mais que faudra-t-il attendre comme catastrophe pour que réellement des décisions efficaces pour diminuer le CO2 soient prises très rapidement?

     

  • Mort de Siamak Hoffmann: erreur médicale?

    Siamak Hoffmann, le fils d’une de mes amies est mort vendredi Saint, seul chez lui, après des souffrances insupportables. Il se plaignait de maux de tête horribles depuis 3 jours. Trois médecins, dont un urgentiste, sont venus à son chevet. Ils n’ont pas compris ce qu’il avait, ont dit que c’était imaginaire,  proposé un anti douleur, d’aller voir un psychiatre … On l’a retrouvé mort dans son lit 2 jours après. Une autopsie a été demandée. Résultat: rupture d’anévrisme. On ne l’aurait peut être pas sauvé, mais au moins soulagé de ses douleurs en l’envoyant d’urgence à l’hôpital. Grave erreur médicale ? La mère portera plainte, mais cela ne supprimera jamais le souvenir de ce jeune homme de 35 ans souffrant le martyre avant de mourir et qu’aucun médecin n’a pris au sérieux pour faire rapidement des examens complémentaires. Et cela se passait dans une des communes le plus riches de notre canton : Vandoeuvres.

     

    Le but de ma note n’est pas de juger (il y a une justice pour cela), mais de faire  pression pour qu’on ne montre pas du doigt les médecins qui en font peut être un peu trop mais qui, au moins, ne mettent pas en danger leurs patients. Un IRM cela coûte c’est sûr, mais si c’est pour sauver une vie, quelle importance !

     

    Le but est d’aussi de rendre hommage à cette maman qui n’avait que ce garçon et de la soutenir publiquement.

     

  • Le Cruiser: pesticide dangereux pour les abeilles

    BOTANIC, le magasin français du bricolage et jardinage, a annoncé dans la Tribune qu’il retirait de ses rayons, dès le 1er janvier 08, TOUS les  engrais et pesticides chimiques et spécialement le cruiser, un pesticide d’enrobage, qui est très nocif pour les abeilles. En France, ce produit vient d’être homologué. Les associations pour la protection de l’environnement se rebellent violemment contre ce pesticide. Il est produit par la firme suisse Syngenta. Il faut boycotter ce produit. Il est dangereux pour les abeilles. Si les abeilles disparaissent, l’humanité en a pour 4 ans…(citation d’Einstein).
    Et que vont faire notre chère Migros et chère Coop concernant ces produit s? Vont-elles aussi, comme le magasin Botanic qui se trouve à Villagrand près d’Annemasse,  retirer de leurs rayons tous ces produits chimiques qui empoisonnent la terre, les plantes, les animaux donc au final nous-mêmes.. ?

    Lu sur le site de Batanic:

    Le gouvernement a donné un avis défavorable à l'emploi du pesticide Poncho-Maïs®, jugé dangereux pour les abeilles, mais a autorisé celui du Cruiser en l’assortissant de mesures de précaution sur son utilisation.

    Le Cruiser, une préparation contenant du thiaméthoxam, un produit neurotoxique pour les insectes, vient d'être autorisé en France. Fabriqué par la société Syngenta, Firme établie en Suisse, ce produit s'utilise sur les semences de maïs pour protéger la plante de certains insectes, les taupins et l'oscinie.

    La décision provoque la colère de l'UNAF (Union Nationale de l'Apiculture Française), qui souligne les faiblesses du dossier, les chiffres alarmants en provenance d'Italie, l'expérience du Gaucho® et du Régent® qui cause des ravages dans les ruches.

    Dès maintenant, agissez en signant la cyber-pétition qui demande le retrait de cette Autorisation de Mise sur Marché qui permettrait à un insecticide, qu’on sait être extrêmement dangereux pour les abeilles, d’être répandu dans l’environnement au mépris du principe de précaution.



    Pour en savoir plus : http://www.unaf-apiculture.info
  • Le bon air sera plus efficace que les sanctions

    Rien de plus simple que de décréter l’interdiction de la fumée dans les lieux publics fermés rapidement. Pour la base légale et les sanctions, on peut attendre que le grand conseil légifère. Pourquoi tout de suite penser aux tricheurs. Le plus important est que cette interdiction entre rapidement en vigueur et faisons confiance à la population qui est pour 80 % opposée à la fumée dans les lieux publics, donc qui respectera dans sa grande majorité cette décision.

     

    C’est déjà le cas dans l’administration publique, dans les TPG, et il n’y a pas de loi votée. Et c'est respecté sans problème. 

     

    D’ici quelques années, la population ne se souviendra même plus qu’on pouvait fumer dans les établissements publics…

     

    Je me réjouis de pouvoir retourner dans certains cafés qui étaient devenus infréquentables tant l’air y était irrespirable.
  • Petit geste, mais qui multiplié est capital pour l'environnement

    On se dit des fois « à quoi bon  se donner la peine de récupérer les couvercles en alu des yogourts, c’est tellement insignifiant ».

    Certes, mais ce petit couvercle jeté par 400'000 habitants à Genève, cela fait 400'000 couvercles en alu  qui brûleront, tous les jours, dans l’usine d’incinération et rejetteront leurs gaz nocifs dans l’environnement. (les filtres, il faudra aussi les nettoyer…)

    Idem pour les piles, c’est tout petit, mais tellement polluant. Encore une pile sur trois n’est pas récupérée. Ce qui fait plus d’1'000’ 000 de piles par an qui finissent incinérées aux Cheneviers, (4'000’000 de piles sont achetée à Genève par an) et les métaux lourds cancérigènes qu’elles contiennent  vont finir par polluer dramatiquement notre air, nos sols, nos eaux, donc au final nous-mêmes. Si on a peur du cancer,  on devrait d’abord se demander ce que l’on jette dans nos poubelles, (quand ce n’est pas par terre) car à force de brûler des produits toxiques, c’est nous-mêmes qu’ils empoisonnent doucement mais surement. Trier et récupérer à échelle individuelle n’est jamais insignifiant. L’idéal serait bien sûr de ne plus ou de moins consommer ces produits.

  • Les Russes et le Valais

    Je ne suis qu’une petite députée genevoise, mais je ne peux m’empêcher de réagir lorsque je lis que des milliardaires russes veulent investir leurs millions pour construire des appartements super luxe en Valais. Si la planète n’avait aucun problème de climat, ni d’énergie, ni de pollution, bien sûr que cela ne dérangerait pas. Mais ce temps où tout n’était que croissance inconditionnelle, où l’on raisonnait sans mettre des bémols écologiques, est révolu. Or, j’imagine difficilement que les envies des Russes sont de réaliser des complexes immobiliers, construits avec les derniers standards énergétiques (à ce sujet, lire le no spécial de Sciences et Vie sur l’habitat de demain,), auxquels on ne pourrait accéder qu’en transport public…La Suisse ne doit pas céder aux sirènes des milliardaires, mais doit être exemplaire en matière d’aménagement du territoire respectueux de l’environnement et des conditions propres à chaque région. Le tout dans l’esprit du respect des accords de Kyoto.
    J’espère que nos éminents représentants politiques nationaux sauront raisonner de façon globale et pas seulement en fonction des purs intérêts financiers locaux, lucratifs certes, mais dont les conséquences écologiques seraient catastrophiques.

  • Joyeux Noël

    Le GHI titrait « Noel on nous ment.. »…mais quelle importance finalement de savoir si c’était bien un 25 décembre, s’il y avait une crèche, s’il y avait même un bébé nommé Jésus.. L’essentiel n’est-il pas qu’une idée d’amour, de pardon et de partage ait traversé les siècles sans perdre de sa force et allume toujours au fond de nos cœurs de la bienveillance. Même si on pense que cette fête est devenue un peu trop commerciale, un peu trop clinquante, elle n’en demeure pas moins une fête où l’on a envie de faire plaisir, où l’on a envie de dire à nos proches qu’on les aime. C’est peut être artificiel, on pourrait le faire à d’autres moments bien sûr, mais le ferait-on vraiment ?
    Même moi qui suis contre sur tout ce qui gaspille trop d’énergie, j’emballe mes cadeaux avec du joli papier, j’allume des bougies, je décore ma maison... Pour moi Noël c’est une journée où des millions de gens auront des pensées d’amour en même temps. C’est ça l’important, qu’importe l’origine et tant pis si les poubelles seront un peu trop pleines le lendemain…

  • Tirs des lièvres: massacre inutile

    Je suis tout à fait opposée au fait que l’on puisse tirer sur des animaux dont le nombre est réglementé en Suisse. Les lièvres sont en diminution depuis plusieurs décennies en Suisse..
    La présence du lièvre dans nos campagnes est le signe d’une haute qualité biologique du lieu. Nous demandons et faisons des efforts pour améliorer les biotopes et lorsque certaines espèces animales reviennent, on ne trouve rien de plus intelligent que de les tuer, car ces pauvres lièvres font quelques dégâts dans les champs cultivés. La terre ne nous appartient pas, nous sommes des habitants au même titre que la faune et la flore. Et si  l’on diminue excessivement les zones naturelles sauvages qui les abritent, il ne faut pas s’étonner alors que les animaux viennent se nourrir sur nos terres colonisées. Mais avant de les massacrer, il y aurait des mesures de prévention à appliquer. Soit protéger ces cultures par des filets électriques, soit changer de cultures, soit indemniser les paysans. Les sommes en jeu ne s’élèvent qu’à quelques milliers de francs.
    En vertu de la loi fédérale sur la chasse, le lièvre commun est une espèce qui peut être chassée. Alors qu'en 1947, on pouvait tirer quelque 70 000 lièvres communs, en 2000, ce nombre est tombé à 2584 pour l'ensemble de la Suisse. Etant donné les faibles effectifs, 11 cantons dont Berne, Fribourg et Bâle-Campagne ont suspendu la chasse au lièvre commun. Dans 11 autres cantons, on a tiré moins de 100 lièvres en 2000. De nombreux chasseurs renoncent volontairement à chasser cet animal. Dans les cantons où on le chasse, les chasseurs n’ont droit qu’à un lièvre par an. Parfois avec seulement 1 jour de chasse. Les seuls cantons où le nombre de lièvres tirés chaque année dépasse 100 sont le Tessin, Vaud, le Valais et les Grisons. Donc nous deviendrions le canton qui tuent le plus de lièvres, tout cela parce qu’ils ont eu l’outrecuidance de manger quelques plants de tournesol….

  • Une voiture coutera encore plus cher qu'un permis

    Je suis très surprise de voir cet agacement face au prix élevé d'acquisition du permis de conduire. Conduire une voiture demande des compétences. On le sait malheureusement trop bien, les véhicules peuvent être des engins de mort, surtout s' ils sont mal conduits. Octroyer des permis au rabais serait totalement irresponsable, bien plus grave que de devoir débourser Fr. 1000.-- . D'ailleurs personne ne soulève le problème financier de l'après permis. Comment ces jeunes, qui ne peuvent se payer le permis de conduire, auront-ils les moyens de s'acheter un véhicule? de l'entretenir, de payer l'essence, les assurances? Prendront-ils le véhicule de leurs parents? Rouler coûte très cher, il ne faut pas se cacher la vérité. Et surtout faut-il vraiment encourager les jeunes à passer leur permis alors même qu'ils ne sont pas indépendants financièrement. C'est une solution de facilité, d'irresponsabilité. Leur apprendre la patience, à se déplacer par d'autres moyens, vélo, marche à pied, TPG, me parait une attitude beaucoup plus raisonnable. Un abonnement TPG ou un vélo serait un cadeau bien plus intelligent.

  • Mais que fait la Ville avec Vélib?

    Vélib c'est une super idée qui permet d'emprunter un vélo en ville et de le reposer dès qu'on en a plus besoin dans un parc à vélos sécurisés. C'est un système qui marche très bien à Paris. La première demi-heure est gratuite. C'est financé par des sociétés qui peuvent par exemple avoir en échange des places d'affichages gratuites. Mais apparemment les conditions de la Ville sont très élevées et ce projet peine à aboutir. Très dommage et très regrettable! De grâce dépêchez-vous de trouver une solution pour qu'on puisse encore augmenter la mobilité douce en ville. Et pourquoi la ville ne pourrait pas participer au financement de ces vélos? Car augmenter le nombre de vélos veut dire moins de voitures, donc moins de charges liées à trafic (moins d'agents municipaux par ex pour contrôler les parkings).  Bravo à la Tribune d'en avoir parlé.