03/09/2015

Quand le désert avance, c'est la vie qui s'en va...

Les paroles de cette chanson chantée par France Gall m'avaient déjà frappée il y a bien longtemps. La sécheresse est un tel fléau ravageur que je m'étonne toujours que si peu de gens s'en inquiètent vraiment ici ou ailleurs.. Sans eau on ne tient pas 3 jours....et la nature devient stérile, nos aliments ne poussent plus. Chacun peut agir: en réduisant les gaz à effet de serre, juste prendre, par exemple, son vélo plus souvent, si facile, si mobile, si rapide en ville; cesser d'abattre des arbres pour de mauvaises raisons, et en planter partout où c'est possible. En ville, ils dépolluent, favorisent l'humidité, la fraicheur, le retour de la pluie, l'oxygène. Les arbres sont de véritables Dieux vivants..Pour faire le CEVA on en a abattu des centaines. J'espère vraiment que la future voie verte en sera recouverte ou du moins bordée, lieu idéal pour recréer des zones de verdure. Des solutions ne sont pas si loin, ni très chères et réalisables par tellement de gens...Il suffit d'y croire et de le vouloir. C'est ça l'espoir.

21:17 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.