28/02/2014

Nuisances du CEVA… dédommagement par des réductions des abonnements TPG….

 

 J’habite à 10 mètre du chantier du CEVA… dès le matin vers 7h 30 les multiples tracs et grues commencent… ma maison vibrera jusqu’à l’heure de la pose…. Une poussière blanche, euh grise plutôt, recouvre tout…. Le bruit est non stop, la zone sinistrée visuellement. Je m’angoissais bcp pour ce chantier car je déteste le bruit et surtout les odeurs des gaz d’échappement de ces engins.. Mais étrangement j’intègre que je ne peux pas y échapper et au lieu de me miner je l’accepte et essaie de rester zen, mais je n’ai plus envie de rester chez moi et m’évade autant que possible en sortant du travail…  Les ouvriers, par contre, sont charmants toujours prêts à discuter ou nous arranger si on signale un problème (trafic par ex.). Ce chantier va durer des années…et au final personnellement je n’en profiterai pas vraiment car le tram pour aller à la gare est déjà suffisamment performant. Mais  ces trains diminueront le trafic automobile en général. J’imagine que tous les autres riverains de ce chantier subissent également de fortes nuisances. Nous aurions pu être dédommagés par une offre d’abonnement TPG annuel à prix réduit par ex. Mais rien de tel n’a été proposé… J’ai toujours pensé que ce genre de cadeaux devrait être plus fréquent. Car ils contribuent à la diminution de la pollution de l’air.

A bon entendeur…mais je ne rêve pas non plus!

09:44 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |

Commentaires

En tant que suburbaine du "grand Genève" vous n'avez pas daigné publié mon commentaire sur une initiative pour une alimentation de qualité, alors je l'ai publié sur le blog "l'étendard"

http://ltendard.blogspot.ch/

Et oui, pour y arriver il suffit d'arrêter le bétonnage du plateau suisse de Lausanne à Romanshorn.

Mais on connaît les réactions des urbains qui veulent transformer nos paysans de montagne en jardiniers des alpes et ceux de la plaine en paysagistes.

Tout cela pour qu'ils puissent en toute quiétude balancer par la fenêtre de leur voiture moultes canettes et autres pelures de cervelas lors de leurs sorties dans les campagnes ou à la montagne.

Écrit par : Hypolithe | 01/03/2014

Les commentaires sont fermés.