26/08/2010

Horloge fleurie

J’adore Larence Naef…. Elle a si bien défendu les raisons d’une horloge fleurie reconvertie façon biodiversité dans son article de la Tribune de hier.

Je peux effectivement soutenir à 100 % sa position car à la base c’était mon idée cette horloge fleurie en fleurs sauvages et indigènes, qui n’a vu le jour que grâce à l’aide de la commission de la biodiversité et à l’accord de Manuel Tornare.

L’idée était effectivement justement de faire REFLECHIR les touristes, de leur montrer que la nature n’est pas un salon bien entretenu, ni une œuvre d’art à mettre au goût du jour, mais une entité complexe fragile, et surtout vitale pour l’homme et qu’il faut réapprendre à la respecter.

Cette idée de laisser pousser des prairies sauvages et fleuries devraient être l’apanage de tous les giratoires, d’une grande partie des parcs, des talus, etc. Cela éviterait que des employés soulèvent des tondeuses pour couper ce gazon si couteux en entretien divers et si pauvre en biodiversité.

Si on ne réalise pas que la destruction systématique des lieux de vie des insectes, des oiseaux, etc, entrainera également la perte de la richesse nourricière de la nature pour l’homme, alors on va droit dans le mur.

18:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |