13/04/2008

pillage des mers

Des milliers de requins sont massacrés journellement pour leurs ailerons. Ailerons dont les asiatiques sont friands en soupe et les européens pour leur vertus, soi-disantes, curatives pour les problèmes de cartilage.  

 

C’est gravissime et ça fait mal de penser à ce  pillage systématique des mers pour des besoins anecdotiques. Un excellent film sur ce sujet a été réalisé par Rob Stewart : Sharkwater. C’est ce genre de personnes qui mettent leur vie en danger pour conserver la biodiversité indispensable dont on devrait parler prioritairement.

 

Et nous qu’est-ce qu’on peut faire pour soutenir ces combats ? Ne pas acheter ces produits, ne pas manger de soupe aux ailerons de requins dans les restaurants asiatiques, ainsi que choisir d’autres médicaments pour soulager nos douleurs. Par contre on peut manger des soupes à base de plantes hautement médicinales (certainement plus efficaces que les ailerons de requins et de plus gratuites), très agréables au goût, et qui poussent  partout dans nos campagnes en quantité abondante. A savoir : le pissenlit, l’ail des ours, les orties. On en fait de délicieuses soupes ou salades. La seule précaution à prendre est de bien les laver et de ne pas confondre l’ail des ours avec le colchique ou le muguet

20:12 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | |

Commentaires

Je débuterai ce commentaire en vous remerciant d'agir afin que le pillage des mers ne tombe dans l'oubli, il est vital de le condamner.
Prenons conscience que dans nos eaux d'une helvétie bien propre, nous "pillons" chimiquement et sur l'hôtel de l'énergie hydraulique de nombreuses espèces vivant dans les cours et plans d'eau.
Le pays riche financièrement tel le nôtre a déjà dilapidé avec mépris une large part de sa biodiversité.

Écrit par : Moll | 13/04/2008

Je partage avec vous la désolation de ce désastre.
Vos conseils diététiques sont judicieux. Manger des plantes au lieu des animaux éviterait aussi de brûler des forêts pour en faire des pâturages et de consacrer des champs à des élevages plutôt qu'à des cultures.
A un niveau plus subtil, soutenir ces combats c'est aussi réfléchir autrement, affiner ses principes; en l'occurence, prendre conscience de tous les principes incohérents auxquels nous nous soumettons comme de croire qu'il suffit d'un produit pour guérir une malade ou encore qu'un produit exotique est plus efficace qu'un produit de chez nous.

Écrit par : maflor | 14/04/2008

Merci pour ces messages! Je crois que plus nous serons nombreux à défendre l'environnement et surtout la biodiversité, en particulier celle de nos mers et océans, plus nous arriverons à changer les mentalités.
Espérons qu'il n'est pas trop tard pour agir. Bien que beaucoup de personnes se soulèvent contre les activités de braconnage, de surpêche, force est de constater que beaucoup bravent les réglementations pour se faire beaucoup d'argent. Tant qu'il y aura de l'argent en jeu, je crois que la partie est perdue. Mais il ne faut pas être défaitiste, il reste encore de nombreuses actions à mener avant que le monde des mers ne s'éteigne définitivement, et avec lui celui des terres...donc le nôtre.

Écrit par : LE BARS | 11/08/2008

Les commentaires sont fermés.