27/03/2008

la banquise s'effondre..

Cela fait dix ans que, notamment, les Verts, mais aussi les socialistes, les associations pour l'environnement, etc., déposent sans arrêt des projets pour réduire le CO2, pour taxer les énergies polluantes, pour encourager les économies d'énergie. Mais les projets dorment dans les tiroirs des commissions parlementaires, les députés de droite s'y opposent mettant en avant toujours la sacro sainte liberté du commerce et de l'industrie. Et cela pas seulement à Genève, mais dans la plupart des pays. L'argent, la peur de manquer, le goût du luxe, du confort, la vision personnelle et à court terme sont les mobiles du crime...

Alors que la banquise elle, ne sait ni lire ni écrire et surtout ne pense pas, elle fond, simplement, car nos émissions de CO2 ont créé un effet de serre qui réchauffe la planète et la glace quand c'est chaud ça fond.... Et la glace qui fond ça fait monter les eaux et recouvrir les terres. Et les premières terres touchées seront bien entendu les bord de mer, les îles...

Et moi, pour ma grande souffrance, je continue à voir des toits sans panneaux solaires, des trop grosses voitures qui n'emmènent qu'une personne, des vols aériens qui ne cessent d'augmenter, des machines à moteur vendus pour n'importe  quoi, même souffler les feuilles mortes... des machines électriques qui remplacent bientôt tous nos gestes quotidiens..sans parler de tous les gadgets électroniques inutiles..

On peut vivre tout aussi bien avec moins de gaspillage et surtout on vivra plus longtemps....

Mais que faudra-t-il attendre comme catastrophe pour que réellement des décisions efficaces pour diminuer le CO2 soient prises très rapidement?

 

12:27 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |

Commentaires

En fait, la plus grande partie de la droite ne veut tout simplement pas entendre, parce que les problèmes d'environnement ne rentrent pas dans leur cadre de pensée idéologique. Il se trouve qu'à gauche se trouvent les valeurs de partage, de limites, de solidarité, de sobriété, de mesure, d'entraide, de long terme, de collectif, etc. Les problèmes environnementaux font donc partie de notre cadre de réflexion naturellement ou peuvent facilement y rentrer, parce que notre priorité va à l'harmonie et au respect. Lorsque vos valeurs fondamentales sont la liberté individuelle à tout crin, la croissance économique et la prospérité, il est clair que la prise de conscience est plus difficile, voire quasiment impossible.

Cela dit, on est malheureusement entrain de franchir chaque fois des étapes supplémentaires dans la crise climatique (et pétrolière), et chaque jour la résistance à l'action va s'affaiblir. Il faut donc poursuivre la lutte. COURAGE!

Ma dernière note à propos de l'Antarctique :

http://sandrominimo.blog.tdg.ch/archive/2008/03/27/le-talon-d-achille-de-la-planete-se-disloque.html

Écrit par : Sandro Minimo | 27/03/2008

Les commentaires sont fermés.