28/05/2007

Prix pour les vélos dans les CFF: trop cher

Pour réaliser un week end écolo, je suis partie avec ma famille en train avec nos vélos,  Mais alors surprise désagréable: le prix pour transporter des vélos est exhorbitant. Presque le même que pour les billets des passagers. Alors que les vélos se suspendent à un crochet parmi des tas de valises et gros bagages. En plus, suite à cela, j'apprends que la fille d'une amie qui possède une abonnement général de train et qui a voulu prendre son vélo de Versoix à Genève, mais n'a pas eu le temps de prendre le billet du vélo, a payé une amende de Fr. 80.- dans le train.... Si l'on oublie de prendre un billet de passager, il n'y a qu'un supplément de quelques francs, cette politique d'amendes est tout à fait incohérente ou alors c'est une erreur du contrôleur. En tout cas c'est totalement exagéré, décourageant de vouloir prendre sa petite reine avec soi. Il faudrait que les CFF revoient leur tarification pour le transport des vélos.

16:10 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |

Commentaires

Entièrement d'accord. Et c'est en cherchant "CFF + vélo + décourageant" que je tombe sur votre billet, daté d'il y a quelques années. Je suis un peu nerveux à force de tomber sur des désagréments du genre, alors que j'ai l'impression que je devrais plutôt être félicité pour ma mobilité. Ça me les hache menu et je cherche un endroit où me défouler. Ce sera votre blogue.

Je trouve malheureux de la part des CFF de mettre des bâtons dans les roues aux personnes qui cherchent à allier train + vélo pour leurs déplacements. Je suis convaincu non seulement du bienfait écologique de cette mobilité, mais également de son efficience en milieu urbain.

Le coût n'est pas la seule barrière mise en place par les CFF pour décourager le transport de vélo. Les trains ICN en sont le pire exemple : non seulement les places sont limitées à 6 ou 12 vélos en fonction de la composition, mais il faut en plus du billet de train - humain, puis vélo - effectuer une réservation à l'avance qui est également facturée (1).

J'ai eu plusieurs fois affaire à un contrôleur zélé à ce sujet - je m'en suis toujours sorti sans amande, ce ne serait en effet pas très commerçant que d'infliger une amende de CHF 100.- en sus des CHF 310.- mensuels d’abonnement général et des CHF 15.- de billet vélo - le contrôleur zélé donc argumente cette politique comme étant due au manque de place. Mais enfin ! Ce sont encore ces mêmes CFF qui choisissent à quoi ils utilisent leur place. En ce qui me concerne ils peuvent tout à fait reconvertir un de leurs deux débits à spaghettis trop cuits à la sauce bouillon pour en faire un wagon vélo.

L'impuissance d'une entreprise à gérer sa propre infrastructure ? Il s'agirait d'une fatalité ? Connerie ! Je ne demande même pas de baisser les prix, juste d'aller dans le sens de la marche de notre époque. Charger son vélo devrait être possible à toute heure, facilement et pour n'importe quel trajet sans besoin de réfléchir plus que ça. Il y a déjà assez de barrières à la dé-voiturisation, pourquoi est-ce que ce les CFF, qui ont entre leurs mains un moyen d'avoir un impact significatif dans cette direction ne le font pas ? C'est enrageant vous ne trouvez pas ?


Ma question : Est-ce que le pouvoir politique a encore un minimum d’influence sur les choix stratégiques de notre ancienne régie fédérale ?
La Suisse pouvait encore se targuer, il y a quelques années, d'avoir un système de transports publics moderne et efficace, en avance sur ses voisins, et c'est malheureux de constater qu'aujourd'hui cette avance est perdue. Regardons vers les pays nordiques - encore eux - qui ont une bonne longueur d'avance en matière de mobilité douce.

Merci d'avoir lancé le débat. Meilleures salutations.

-- Jean-Adrien

(1) De mars à octobre seulement, soyons précis

Écrit par : Jean-Adrien | 29/05/2012

Les commentaires sont fermés.