09/03/2008

Le Cruiser: pesticide dangereux pour les abeilles

BOTANIC, le magasin français du bricolage et jardinage, a annoncé dans la Tribune qu’il retirait de ses rayons, dès le 1er janvier 08, TOUS les  engrais et pesticides chimiques et spécialement le cruiser, un pesticide d’enrobage, qui est très nocif pour les abeilles. En France, ce produit vient d’être homologué. Les associations pour la protection de l’environnement se rebellent violemment contre ce pesticide. Il est produit par la firme suisse Syngenta. Il faut boycotter ce produit. Il est dangereux pour les abeilles. Si les abeilles disparaissent, l’humanité en a pour 4 ans…(citation d’Einstein).
Et que vont faire notre chère Migros et chère Coop concernant ces produit s? Vont-elles aussi, comme le magasin Botanic qui se trouve à Villagrand près d’Annemasse,  retirer de leurs rayons tous ces produits chimiques qui empoisonnent la terre, les plantes, les animaux donc au final nous-mêmes.. ?

Lu sur le site de Batanic:

Le gouvernement a donné un avis défavorable à l'emploi du pesticide Poncho-Maïs®, jugé dangereux pour les abeilles, mais a autorisé celui du Cruiser en l’assortissant de mesures de précaution sur son utilisation.

Le Cruiser, une préparation contenant du thiaméthoxam, un produit neurotoxique pour les insectes, vient d'être autorisé en France. Fabriqué par la société Syngenta, Firme établie en Suisse, ce produit s'utilise sur les semences de maïs pour protéger la plante de certains insectes, les taupins et l'oscinie.

La décision provoque la colère de l'UNAF (Union Nationale de l'Apiculture Française), qui souligne les faiblesses du dossier, les chiffres alarmants en provenance d'Italie, l'expérience du Gaucho® et du Régent® qui cause des ravages dans les ruches.

Dès maintenant, agissez en signant la cyber-pétition qui demande le retrait de cette Autorisation de Mise sur Marché qui permettrait à un insecticide, qu’on sait être extrêmement dangereux pour les abeilles, d’être répandu dans l’environnement au mépris du principe de précaution.



Pour en savoir plus : http://www.unaf-apiculture.info

17:54 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | |

26/02/2008

Le bon air sera plus efficace que les sanctions

Rien de plus simple que de décréter l’interdiction de la fumée dans les lieux publics fermés rapidement. Pour la base légale et les sanctions, on peut attendre que le grand conseil légifère. Pourquoi tout de suite penser aux tricheurs. Le plus important est que cette interdiction entre rapidement en vigueur et faisons confiance à la population qui est pour 80 % opposée à la fumée dans les lieux publics, donc qui respectera dans sa grande majorité cette décision.

 

C’est déjà le cas dans l’administration publique, dans les TPG, et il n’y a pas de loi votée. Et c'est respecté sans problème. 

 

D’ici quelques années, la population ne se souviendra même plus qu’on pouvait fumer dans les établissements publics…

 

Je me réjouis de pouvoir retourner dans certains cafés qui étaient devenus infréquentables tant l’air y était irrespirable.

18:49 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

07/02/2008

Petit geste, mais qui multiplié est capital pour l'environnement

On se dit des fois « à quoi bon  se donner la peine de récupérer les couvercles en alu des yogourts, c’est tellement insignifiant ».

Certes, mais ce petit couvercle jeté par 400'000 habitants à Genève, cela fait 400'000 couvercles en alu  qui brûleront, tous les jours, dans l’usine d’incinération et rejetteront leurs gaz nocifs dans l’environnement. (les filtres, il faudra aussi les nettoyer…)

Idem pour les piles, c’est tout petit, mais tellement polluant. Encore une pile sur trois n’est pas récupérée. Ce qui fait plus d’1'000’ 000 de piles par an qui finissent incinérées aux Cheneviers, (4'000’000 de piles sont achetée à Genève par an) et les métaux lourds cancérigènes qu’elles contiennent  vont finir par polluer dramatiquement notre air, nos sols, nos eaux, donc au final nous-mêmes. Si on a peur du cancer,  on devrait d’abord se demander ce que l’on jette dans nos poubelles, (quand ce n’est pas par terre) car à force de brûler des produits toxiques, c’est nous-mêmes qu’ils empoisonnent doucement mais surement. Trier et récupérer à échelle individuelle n’est jamais insignifiant. L’idéal serait bien sûr de ne plus ou de moins consommer ces produits.

10:29 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |

13/01/2008

Les Russes et le Valais

Je ne suis qu’une petite députée genevoise, mais je ne peux m’empêcher de réagir lorsque je lis que des milliardaires russes veulent investir leurs millions pour construire des appartements super luxe en Valais. Si la planète n’avait aucun problème de climat, ni d’énergie, ni de pollution, bien sûr que cela ne dérangerait pas. Mais ce temps où tout n’était que croissance inconditionnelle, où l’on raisonnait sans mettre des bémols écologiques, est révolu. Or, j’imagine difficilement que les envies des Russes sont de réaliser des complexes immobiliers, construits avec les derniers standards énergétiques (à ce sujet, lire le no spécial de Sciences et Vie sur l’habitat de demain,), auxquels on ne pourrait accéder qu’en transport public…La Suisse ne doit pas céder aux sirènes des milliardaires, mais doit être exemplaire en matière d’aménagement du territoire respectueux de l’environnement et des conditions propres à chaque région. Le tout dans l’esprit du respect des accords de Kyoto.
J’espère que nos éminents représentants politiques nationaux sauront raisonner de façon globale et pas seulement en fonction des purs intérêts financiers locaux, lucratifs certes, mais dont les conséquences écologiques seraient catastrophiques.

19:14 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

23/12/2007

Joyeux Noël

Le GHI titrait « Noel on nous ment.. »…mais quelle importance finalement de savoir si c’était bien un 25 décembre, s’il y avait une crèche, s’il y avait même un bébé nommé Jésus.. L’essentiel n’est-il pas qu’une idée d’amour, de pardon et de partage ait traversé les siècles sans perdre de sa force et allume toujours au fond de nos cœurs de la bienveillance. Même si on pense que cette fête est devenue un peu trop commerciale, un peu trop clinquante, elle n’en demeure pas moins une fête où l’on a envie de faire plaisir, où l’on a envie de dire à nos proches qu’on les aime. C’est peut être artificiel, on pourrait le faire à d’autres moments bien sûr, mais le ferait-on vraiment ?
Même moi qui suis contre sur tout ce qui gaspille trop d’énergie, j’emballe mes cadeaux avec du joli papier, j’allume des bougies, je décore ma maison... Pour moi Noël c’est une journée où des millions de gens auront des pensées d’amour en même temps. C’est ça l’important, qu’importe l’origine et tant pis si les poubelles seront un peu trop pleines le lendemain…

18:56 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

02/12/2007

Tirs des lièvres: massacre inutile

Je suis tout à fait opposée au fait que l’on puisse tirer sur des animaux dont le nombre est réglementé en Suisse. Les lièvres sont en diminution depuis plusieurs décennies en Suisse..
La présence du lièvre dans nos campagnes est le signe d’une haute qualité biologique du lieu. Nous demandons et faisons des efforts pour améliorer les biotopes et lorsque certaines espèces animales reviennent, on ne trouve rien de plus intelligent que de les tuer, car ces pauvres lièvres font quelques dégâts dans les champs cultivés. La terre ne nous appartient pas, nous sommes des habitants au même titre que la faune et la flore. Et si  l’on diminue excessivement les zones naturelles sauvages qui les abritent, il ne faut pas s’étonner alors que les animaux viennent se nourrir sur nos terres colonisées. Mais avant de les massacrer, il y aurait des mesures de prévention à appliquer. Soit protéger ces cultures par des filets électriques, soit changer de cultures, soit indemniser les paysans. Les sommes en jeu ne s’élèvent qu’à quelques milliers de francs.
En vertu de la loi fédérale sur la chasse, le lièvre commun est une espèce qui peut être chassée. Alors qu'en 1947, on pouvait tirer quelque 70 000 lièvres communs, en 2000, ce nombre est tombé à 2584 pour l'ensemble de la Suisse. Etant donné les faibles effectifs, 11 cantons dont Berne, Fribourg et Bâle-Campagne ont suspendu la chasse au lièvre commun. Dans 11 autres cantons, on a tiré moins de 100 lièvres en 2000. De nombreux chasseurs renoncent volontairement à chasser cet animal. Dans les cantons où on le chasse, les chasseurs n’ont droit qu’à un lièvre par an. Parfois avec seulement 1 jour de chasse. Les seuls cantons où le nombre de lièvres tirés chaque année dépasse 100 sont le Tessin, Vaud, le Valais et les Grisons. Donc nous deviendrions le canton qui tuent le plus de lièvres, tout cela parce qu’ils ont eu l’outrecuidance de manger quelques plants de tournesol….

23:52 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

24/11/2007

Une voiture coutera encore plus cher qu'un permis

Je suis très surprise de voir cet agacement face au prix élevé d'acquisition du permis de conduire. Conduire une voiture demande des compétences. On le sait malheureusement trop bien, les véhicules peuvent être des engins de mort, surtout s' ils sont mal conduits. Octroyer des permis au rabais serait totalement irresponsable, bien plus grave que de devoir débourser Fr. 1000.-- . D'ailleurs personne ne soulève le problème financier de l'après permis. Comment ces jeunes, qui ne peuvent se payer le permis de conduire, auront-ils les moyens de s'acheter un véhicule? de l'entretenir, de payer l'essence, les assurances? Prendront-ils le véhicule de leurs parents? Rouler coûte très cher, il ne faut pas se cacher la vérité. Et surtout faut-il vraiment encourager les jeunes à passer leur permis alors même qu'ils ne sont pas indépendants financièrement. C'est une solution de facilité, d'irresponsabilité. Leur apprendre la patience, à se déplacer par d'autres moyens, vélo, marche à pied, TPG, me parait une attitude beaucoup plus raisonnable. Un abonnement TPG ou un vélo serait un cadeau bien plus intelligent.

19:47 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

23/10/2007

Mais que fait la Ville avec Vélib?

Vélib c'est une super idée qui permet d'emprunter un vélo en ville et de le reposer dès qu'on en a plus besoin dans un parc à vélos sécurisés. C'est un système qui marche très bien à Paris. La première demi-heure est gratuite. C'est financé par des sociétés qui peuvent par exemple avoir en échange des places d'affichages gratuites. Mais apparemment les conditions de la Ville sont très élevées et ce projet peine à aboutir. Très dommage et très regrettable! De grâce dépêchez-vous de trouver une solution pour qu'on puisse encore augmenter la mobilité douce en ville. Et pourquoi la ville ne pourrait pas participer au financement de ces vélos? Car augmenter le nombre de vélos veut dire moins de voitures, donc moins de charges liées à trafic (moins d'agents municipaux par ex pour contrôler les parkings).  Bravo à la Tribune d'en avoir parlé.

15:04 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

C'est bien de sourire sur une affiche mais pas suffisant..

Les explications des lendemains des votations me laissent toujours perplexes. A part les membres des partis, qui ne représentent qu’une petite partie des votants, il n’existe pas un groupe d’électeurs UDC, verts ou socialistes qui se réunissent et fomentent des stratégies diaboliques Il y a des milliers d’individus, seuls, qui votent en fonction de leurs tripes, de leurs soucis personnels, de leurs situations familiales ou professionnelles ou de leur conviction profonde. Et ce méli-mélo de raisons très disparates donne de façon assez homogène la mise en évidence de 2 grandes priorités : la peur que les « autres » prennent leur emploi, leur habitat, ou soient mieux traités et les problèmes environnementaux (qui peuvent à eux seuls mettre en péril tout notre système social et économique). C’est plutôt basique comme instinct.

 

En regardant les affiches électorales, je me suis toujours dit que ce n’est pas la tête des candidats que l’on devrait y voir, mais la liste des actions ou propositions qu’ils ont faites pour la société pendant les 4 dernières années. Et là, je suis sûr que les résultats des votations seraient très différents. Ce ne sont pas les campagnes qui devraient forger l’opinion, mais ce qui se passe entre-deux. L’idéal serait que tous les partis aient des sites internet avec la liste des propositions qu’ils déposent dans les législatifs ou exécutifs. Ainsi, la population pourrait être objectivement tenue au courant de ce qui se passe et voter vraiment pour ceux qui leur correspondent.

Bon faut-il encore que les citoyens prennent le temps de les consulter et, il est vrai, les votes qui font la différence sont peut être des votes irréfléchis et faits en toute méconnaissance de cause.

14:55 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

02/10/2007

Femmes et élections

Cela m'étonne toujours de lire les pronostics en matière d'élections de la part des médias, de la Tribune en particulier. Mais comment font les journalistes pour deviner qui a le plus de chance et donner des noms. Bien sûr que les favoris ont des points d'avance, mais de mentionner des noms un peu au hasard ET PRESQUE DES HOMMES, fait du tort, car empêche les gens de choisir en toute liberté. Les femmes sont très souvent les plus critiquées, les plus laissées pour compte. Et pourtant, moi, qui fréquente depuis presque 20 ans le Grand Conseil je vois comment les femmes travaillent, sont fiables, ont des idées, du courage, connaissent leurs dossiers. Elles se mettent moins en avant c'est sûr, elles font moins d'effet de manches dans les séances pleinières, mais elles font un travail de fourmi indispensable. La politique manque cruellement de femmes, la moitié des sujets ont besoin de regards sensibles, nuancés, pacifistes, non basés juste sur le rendement. Il faut élire de façon équilibrée autant de femmes que d'hommes. Comment une société peut être être harmonieuse si les décisions sont prises majoritairement par des hommes? La Tribune venait de dénoncer les hauts revenus des membres des conseils d'administration et qui a-t-'on vu à ces postes que des hommes....C'est ce genre d'inégalités que vous voulez continuer à soutenir?

18:00 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

19/09/2007

qu'est ce qui fait plaisir à une écolo?

C'est toujours des souffrances d'être très préoccupé par la protection de l'environnement car à chaque instant on est catastrophé de constater des aberrations écologiques: tonnes de pollution vomies dans l'air par ces interminables files de voitures,  lumières allumées en plein jour, cornets en  plastiques jonchant le sol, piles jetées par terre,  alimentation trop traficotée, etc, etc,

Mais alors qu'est qui fait que la ou le pauvre écolo peut quand même avoir un peu de plaisir? Et bien c'est de voir des gens, qui auraient les moyens de s'acheter de gros véhicules, circuler en vélo dans leurs beaux costumes, de voir des cantonniers balayer sans souffleuse à feuilles, un chauffeur de camion qui éteint son moteur à l'arrêt,  de lire dans le journal du TCS qu'il faut absolument que les constructeurs fassent des véhicules moins gourmands en énergie....Un bâtiment minergie...Tous ces minuscules gestes qui, à long terme, contribueront à faire cesser les atrocités liées à la dépendance du pétrole.

Mais bien entendu le meilleur reste quand même de recevoir des messages tendres des gens qu'on aime....

21:39 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

25/08/2007

Espoir

 Quand la finance s’intéresse à l’écologie, c’est le début de l’espoir pour un monde meilleur. Si les investissements vont dans le bon sens, le développement durable peut s’amorcer. Et hier soir la banque Lombard Odier Darier & Hentsch inaugurait une exposition de photographies sur la plaine de Plainpalais aux messages écologiques forts.
Ce n’est pas la première fois certes, mais les discours tenus tant par le maire de la Ville que celui de Monsieur Thierry Lombard allaient dans le même sens. Un vrai plaisir.
Si les milieux habituellement peu sensibles à ces préoccupations, mais puissants en termes économiques, s’y attèlent, l’impact de nos discours verts depuis plus de 20 ans pourra enfin percer des consciences hermétiques jusqu’à ce jour.
Ce mariage est indispensable pour que les décisions économiques concernant les produits polluants puissent prendre le chemin du respect de l’environnement. Le prix à payer par les catastrophes écologiques serait tellement plus élevé qu’une transformation économique et comportementale à court terme par la mise sur le marché de fonds éthiques, de produits peu gourmands en énergie, de construction immobilière à hauts rendements énergétiques performants. C’est faisable, pas si compliqué, il faut juste que les milieux économiques l’assimilent.

Un des secrets du bonheur est certainement la flexibilité. Quand quelque chose ne va pas il faut toujours essayer de l’aborder sous un autre angle et souvent les choses s’éclaircissent

16:33 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

j'aime les TPG

J’aime beaucoup les TPG. Je prends le tram depuis de nombreuses années et presque tous les jours. Je suis au centre ville depuis Moillesulaz en 20 min. Pas de stress, pas d’animosité, des personnes tranquilles, même souriantes, prêtes à céder leur place à des plus âgées ou handicapées. Je n’ai jamais vécu de scènes de violence. Bon c’est vrai que je n’y voyage rarement très tard le soir. Je peux y lire mon journal, envoyer des sms. Je ferais le même parcours en voiture de porte à porte avec 10 min. de plus, sans parler de tout le stress lié au trafic, des frais d’essence, de parking, voire d’amende possible.
Les TPG il faut beaucoup en abuser c’est excellent pour la santé, le portemonnaie et la planète.

16:32 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

15/08/2007

économisez: coupez votre moteur à l'arrêt

MOTEUR COUPE : AIR NON POLLUE 

Un moteur qui tourne au ralenti consomme en moyenne 1,8 litre d'essence par heure. Dix minutes de ralenti par jour vous font gaspiller plus de 100 litres d'essences ou 80 $ (à 0,80 $/litre) dans une année. En plus, un moteur qui tourne au ralenti ne fonctionne pas à sa température optimal et comme le carburant ne brûle pas complètement, des pièces s'encrassent et s'usent prématurément, l'huile se contamine plus vite et la consommation d'essence augmente.

Tout comme on trouve, sur tous les sites qui s'intéressent aux économies d'énergie, le conseil de ne pas faire chauffer son moteur en le laisser tourner à l'arrêt mais en avançant doucement.

Tant qu'il existera des gens qui ne font pas le lien entre trop consommer d'énergies fossiles et surtout de façon inutile, on ne pourra pas attaquer le mal à la source pour essayer de lutter contre le réchauffement climatique, la fonte des glaciers, les inondations, etc. etc. Le rédacteur de la Tribune, Monsieur Ruetschi a fait ce lien dans un édito sur les inondations et la 3e voix CFF, quel bonheur de le lire...

Il faudrait tous les jours des petits rappels dans la presse pour expliquer comment rouler plus économique  possible. (bien entendu le mieux est d'aller à pied, en vélo ou en TPG..)

Des références, parmi tant d'autres:

http://www.cre-capitale.org/tourdecle.html

Eco-drive

15:52 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

07/08/2007

pas de jet-ski dans la rade..

C'est vrai je suis gravement écolo. Mais comment peut-on autoriser une course de jet-ski dans la rade, alors que tout le monde demande moins de pollution de l'air et du bruit (dernier en date: Patrice Mugny dans son discours du 1er août...). Ces engins à sensations hyper bruyants qui commencent à déranger toutes les côtes méditéranéennes, totalement inutiles, plus on les verra plus ils donneront des idées de reproduction. Et à nouveau qui autorise cela: le comité d'organisation des fêtes de Genèves composés d'adultes... Et dans le même temps on fait la chasse aux véhicules trop bruyants ou en excès de vitesse dans les rues en ville... Où est la cohérence?

Concernant les attractions foraines où les bruits dérangeants sont les hurlements de peur, le problème posé n'est plus la pollution de l'air, mais bien la mise en danger directe et immédiate de vies humaines et en plus de celles des promeneurs si une nacelle venait à tomber.. Le risque zéro n'existe pas. De nouveau le comité d'organisation autorise cela car, dit-on, les gens ont toujours plus de demande de sensations fortes... certes, mais est-ce une raison pour tout satisfaire.. Ce genre de théorie peut mener très loin.. La fête c'est vraiment se faire exploser la tête par le bruit, l'alcool, la violence des sensations fortes?

Personnellement ce genre de fête me fait partir loin de Genève...

 

10:47 Publié dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |